Saint Nicolas mythe et réalité

Chaque Lorrain connait Saint Nicolas, saint patron de sa province, celui qui a ressuscité les trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs et qu’un méchant boucher avait transformé Nicolas-Enfantsen chair à pâté dans son saloir. Chacun sait que ce bon Saint Nicolas distribue le 6 décembre des friandises et des joujoux aux enfants sages –et aussi aux marcheurs du club vosgien raonnais ! -accompagné de son fidèle père Fouettard qui agite ses verges sous le nez des garnements !

Mais qui est vraiment saint Nicolas ?

Fils d’Euphémius, un riche, charitable et pieux notable et d’Anne, sœur de l’archevêque Nicolas de Myre, le jeune Nicolas nait entre 250 et 270 après JC à Patara en Lycie, au sud-ouest de l’actuelle Turquie. Très jeune, il perd ses parents fauchés par la peste, est élevé par son oncle l’archevêque et reçoit une excellente éducation. Il est ordonné prêtre et nommé supérieur du couvent de la Sainte Sion. A la mort de son oncle, il est choisi pour lui succéder comme archevêque de Myre. On sait qu’il était présent au concile de Nicée en 325 et qu’il fut un temps emprisonné par l’empereur Licinius .Il meurt le 6 décembre 343 au monastère de la Sainte Sion.

De son vivant déjà, on lui attribuait de nombreux miracles qui contribuèrent à asseoir sa légende. Ainsi, il aurait sauvé de la prostitution trois jeunes filles pauvres en les dotant secrètement, c’est la légende des trois jeunes filles. Il aurait à plusieurs reprises calmé la mer en furie et même ressuscité un mousse tombé du grand mât alors qu’il se rendait en Terre Sainte. Il aurait aussi ressuscité un jeune garçon tombé dans le feu d’où la coutume de l’invoquer lors des accidents par le feu. Il aurait guéri de nombreux malades à Alexandrie et ressuscité trois jeunes écoliers assassinés par un méchant hôtelier qui aurait transformé leurs corps en petit salé et puis trois autres sur le chemin de Nicée, traités avec la même barbarie. Après sa mort, on dit que de sa tête coulait une source d’huile miraculeuse, baume connu dans toute l’Europe au Moyen-âge.

A la fin du 11ème S., les gens de Bari en Sicile, prétendirent détenir son corps, dérobé au monastère de la Sainte Sion pour en assurer la sécurité. En 1018, un croisé, le seigneur de 280px-Saint_Nicolas_de_Port_BW_1Varangéville rapporta chez lui une phalange du saint qu’il déposa dans une chapelle qui deviendra sanctuaire à Port, renommé Saint-Nicolas de Port. Le culte de Saint Nicolas se répandit alors en France, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Sa légende fut complétée par Jacques de Voragine dans « la légende dorée » où l’écrivain racontait en détails tous ses prodiges, ceux rapportés ci-dessus et bien d’autres comme son baptême où, nourrisson, il se tint debout bien droit dans le baptistère ou son refus de téter les jours de jeûne prescrits par l’Eglise, le mercredi et le vendredi.

Le miracle qui est commémoré encore de nos jours est le sauvetage du chevalier Cunon de Réchicourt, prisonnier en Palestine lors de la 6ème croisade. La veille de sa mort, il pria Saint Nicolas et au matin se réveilla encore enchaîné sur les marches de la basilique de Saint- Nicolas de Port. Après ce sauvetage, Cunon de Réchicourt ordonna qu’une procession d’action de grâces fût organisée tous les ans ! Et cela fait 769 ans que cette procession a lieu dans la basilique devant une foule impressionnante ! Une délégation de Réchicourt vient chaque annéeprocession porter la bannière du sire Cunon, l’éclairage se fait aux bougies pour rappeler la grande lumière qui avait accompagné la libération miraculeuse du preux chevalier dont les chaînes –ou ce qu’il en reste –sont portées en procession ainsi que la statue et les reliques de saint Nicolas.

Nicolas est le protecteur de la Lorraine, de la Russie et de nombreuses villes comme Amsterdam ou Fribourg. Il est aussi le patron des écoliers, des bateliers, des pêcheurs, des marins et mariniers, des voyageurs, des pèlerins, des tonneliers et des brasseurs.

Peut-être est-il aussi un peu notre patron, ne  marchons-nous pas en longues processions  chaque jeudi par monts et par vaux à la découverte des paysages vosgiens ?

 

Jitka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.